Politique

3ème Mandat : Déthié Fall minimise le débat…

Déthié Fall trouve le débat sur le troisième mandat du président « inutile » et « insensé »…

Le vice-président de Rewmi, contrairement à l’écrasante majorité de la classe politique, n’est pas intéressé par le débat « polémique » sur l’éventuel troisième mandat du Président Macky Sall.

Déthié sur la même longueur d’ondes que Sonko…

Déthié Fall estime que le débat sur le troisième mandat du président de la République est « inutile et insensé« . Il est sur la même longueur d’ondes, selon Dakarmatin, que le leader de Pastef, Ousmane Sonko qui n’en parle même pas. Puisqu’il s’est fait une religion que Macky Sall va quitter le pouvoir à la fin de son second mandat, de gré ou de force.

Boun Dionne et Mbaye Ndiaye théorisent le 3ème mandat…

Dans une de ses sorties, Boun Abdallah Dionne appelait à supprimer la limitation des mandats présidentiels au Sénégal. Non sans tenir ces propos : « Macky et le Sénégal, c’est jusqu’en 2035 ». Il sera rejoint, par la suite, par l’ancien ministre de l’Intérieur et actuel ministre d’Etat (sans portefeuille), Mbaye Ndiaye qui affirme, clairement que Macky a le droit de se représenter en 2024 puisque, d’après lui, « il en est à son premier mandat, d’après la révision constitutionnelle de 2016« .

Mbaye Ndiaye se dédouane, Yakham Mbaye attaque…

Même si, par la suite Mbaye Ndiaye a fait un revirement à 180°, affirmant n’avoir jamais parlé de 3ème mandat… avant de s’en prendre aux journalistes qui, selon lui, auraient déformé ses propos, il sera recadré par Yakham Mbaye : « Macky Sall ne mérite pas ça… Le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye a eu tort, et gravement, d’avoir dit tout ce qu’il a dit. Il n’a pas le droit de tenir de tels propos… »

Diversion, tentative de banalisation du débat… Avis partagés…

Des sorties d’apéristes que bon nombre d’hommes politique, particulièrement de l’opposition, mais aussi des analystes politiques qualifient de diversion. Selon eux, le régime veut détourner les Sénégalais de l’essentiel… Parmi eux, Thierno Bocoum qui estime que « le débat a été volontairement relancé… pour que sa banalisation s’impose très tôt.«

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page