Société

Accusation de viol suivi de grossesse: «Tonton» aurait exigé des galipettes à sa nièce

L’affaire de viol opposant A. Diagne à son «Tonton » O. Sow a été déférée devant le Procureur près le Tribunal de grande instance de Pikine-Guédiawaye.

Venue de Thiès pour aider sa tante, O. Diagne, mariée et résidant à Yeumbeul, à s’occuper des tâches ménagères, A. Diagne, une jeune fille de 18 ans, ne s’attendait pas à avoir quelques déboires. À peine deux semaines après son installation, au mois de novembre 2020, que le mari de sa tante l’aurait violée. «La première semaine, tout allait bien. Puis un jour, il m’a trouvée dans la chambre à coucher, alors que j’étais en train de faire le lit de ma tante. Il m’a poussée sur le lit et m’a contraint à me déshabiller », a confié la jeune fille. Poursuivant les accusations, A. Diagne a déclaré que celui qu’elle appelle affectueusement «tonton » aurait «ouvert ses cuisses avant de monter sur elle pour la pénétrer ». «J’ai beau crier, mais personne ne pouvait m’entendre parce qu’il avait mis sa main sur ma bouche. Après avoir assouvit sa sale besogne, il a menacé de me tuer si toutefois j’en pipais un mot à ma tante », a-t-elle narré aux enquêteurs du commissariat de Yeumbeul, en charge du dossier. Elle a précisé que le jour des faits, sa tante, une enseignante de profession, était absente de la maison. En plus, son «tonton » qui est peintre, a encore abusé d’elle deux fois de suite. Constatant une absence de trois mois de ses règles, elle a tout raconté à son père qui a porté plainte, le 15 mars 2021, au commissariat de Yeumbeul.

Le mis en cause a nié les accusations devant les enquêteurs. «Je n’ai jamais eu une quelconque intimité avec cette petite. Elle était juste venue prêter main forte à ma femme. Tous deux, nous quittons tôt le matin pour ne rentrer que le soir. Cependant, quelques temps après son installation chez nous, elle a commencé à tomber malade. C’est alors que j’ai remis de l’argent à sa tante pour qu’elle l’amène à l’hôpital. La consultation a révélé qu’elle était enceinte. C’est dire que sa grossesse est antérieure à sa venue chez nous », s’est justifié M. Sow, le mis en cause.

Quant au plaignant, M. A. Diagne, père de la «victime », il a soutenu avoir été informé par le mis en cause. «C’est M. Sow lui-même qui m’a informé de la grossesse de A. Diagne. J’ai alors rallié Dakar pour rencontrer ma fille. Sur place, elle a accusé le mari de sa tante d’être l’auteur de sa grossesse. D’ailleurs, elle a soutenu que ce dernier a abusé d’elle à trois reprises, en l’absence de sa tante », a déclaré le sieur Diagne. Des accusations rejetées par la tante de la jeune fille. Selon O. Diagne, sa nièce raconte des balivernes. À l’en croire, cette petite est pleine de défauts. «En plus du mensonge, elle est aussi une voleuse professionnelle. Quand je l’ai prise chez son papa, c’était pour essayer de la recadrer. J’ignorais qu’elle pouvait semer le désordre dans mon foyer », a regretté la tante qui a relevé le sérieux de son mari. Au terme de l’enquête, le mis en cause a été déféré devant le Parquet de Pikine-Guédiawaye.

Tata SANE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page