Actualités

Accusations contre Sonko : Adji Sarr ne masse pas ses mots

Adji Sarr prie de tous ses vœux pour «un procès public» avec Ousmane Sonko, alors que la défense souhaite un non-lieu dans cette affaire de «viol et de menaces de mort». Dans une déclaration tenue hier, qui sonne comme une réplique aux propos tenus la veille par Ousmane Sonko, l’accusatrice a fortement chargé le leader du parti Pastef en le traitant de tous les noms.

Par Aliou DIALLO – Adji Sarr est revenue à la charge pour répliquer à Ousmane Sonko qui avait fait une déclaration télévisée pour donner sa version suite à leur confrontation devant le Doyen des juges avant-hier. «J’en appelle à un procès public. Je reste ferme sur ma position, déterminée à aller au procès», a exprimé l’ex-jeune masseuse du salon «Sweet Beauté». Au cours de sa déclaration mise en ligne hier, elle a souhaité en finir avec cette affaire pour, dit-elle, reprendre sa vie.

Ousmane Sonko dans son live d’après-confrontation, avait salué la courtoisie de son accusatrice lors du face-à-face. «Mon accusatrice a été correcte, elle a parlé correctement. Elle n’a tenu aucun mot déplacé à mon endroit, ni à l’endroit de mes avocats. Elle n’a manqué de respect à qui que ce soit, à commencer par moi. Je demande à ses parents de tout faire pour sortir leur fille de cette situation qui la dépasse. Elle vit une pression énorme, des menaces. Ne laissez pas votre fille être manipulée par des politiciens», avait déclaré le leader du parti Pastef.

Adji Sarr lui a apporté la réplique : «Tu m’as surprise hier (ndlr mardi). Tu n’as pas eu le courage de me faire face. Quand tu dis également que tu as répondu aux questions, c’est faux. Tu n’as répondu à aucune question, comme tu l’as dit lors de ta déclaration. Alors qu’est-ce que tu es venu faire au Tribunal ?
S’il y a un père irresponsable, un époux irresponsable, c’est bien toi. Mes relations avec mes parents, ce n’est pas ton problème. Moi, mon père est plus responsable que toi. Ton histoire sera connue de toute ta descendance.»
Ajoutant : «Mon père n’a jamais violenté la fille d’autrui.» Sur les accusations de Sonko relatives aux supposés comploteurs qui auraient manipulé Adji Sarr, cette dernière rétorque : «Ousmane Sonko, je voudrais que tu retiennes une fois pour toutes que je ne connais pas ces personnes que tu ne cesses d’accuser. Par contre, toi, je te connais.»

Adji Sarr maintient toujours ses propos contre le leader du parti Pastef. «Ousmane Sonko, c’est à toi que je m’adresse. C’est toi qui es venu me causer du tort à Sweet Beauté. L’enfant à qui tu donnais des ordres, la petite que tu as violée, c’est fini. Tu as abusé de moi. En portant plainte contre toi, si je savais que cela allait conduire à tous ces dégâts dans le pays, je ne t’aurais jamais attaqué en Justice. Mais comme nous en sommes arrivés là, je répète, c’est aujourd’hui que j’ai besoin d’un procès plus que jamais», dit-elle. Très à l’aise dans son propos, Mlle Sarr affirmera, s’adressant toujours à Ousmane Sonko : «L’enfant dont tu abusais hier a grandi. Hier, tu as déclaré que je suis polie. Mais ma politesse est connue de tous sauf de tes partisans. Si tes partisans avaient du respect pour toi, ils ne m’auraient jamais traitée de prostituée. Car cela montre que tu fréquentais des prostituées.» Adji Sarr s’est même demandé comment Ousmane Sonko a pu prendre la parole dehors, alors que devant le juge, «je n’entendais même pas ce que tu murmurais, au point que le juge a dû te demander de hausser le ton».

La question est de savoir si le Doyen des juges va laisser les deux protagonistes continuer leur procédure par médias interposés, ou il va décider de les convoquer à la barre. Ou alors recourir à une troisième possibilité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page