Actualités

ALGER Conférence sur la vie et l’œuvre de El Imam Mouhamed Ben Abdul Karim Al-Maghili : Le khalife de Thiénaba honoré par le Président Tebboune

Invité d’honneur du Président Abdelmadjid Tebboune, le Khalife général de Thiénaba, Sérigne Abdou Rahim Seck, assiste à la conférence sur la vie et l’œuvre de El Imam Mouhamed Ben Abdul Karim Al-Maghili. Il se réjouit de cet «honneur», qui vise à renforcer les relations entre Thiénaba et Alger, mais aussi les liens islamiques entre les deux peuples.

Par Ousmane SOW (Envoyé spécial) – Entre Amary Ngoné Ndack Seck (1831-1889), le fondateur de Thiénaba, et El Imam Mouhamed Ben Abdul Karim Al-Maghili, c’est une relation qui résiste au temps. Le Khalife général de Thiénaba, Sérigne Abdou Rahim Seck, accompagné d’une forte délégation, est l’invité d’honneur du Président algérien, Abdelmadjid Tebboune, dans le cadre de la tenue du Colloque international sur la vie  et l’œuvre de Abdelkrim Al-Maghili. Et pour d’autres activités après la conférence sur ce grand érudit musulman, originaire de la ville de Tlemcen, située en Algérie. Selon le porte-parole du khalife de Thiénaba, Sergine Demba Sarr Babacar, cette invitation vise à renforcer les relations entre Thiénaba et Alger, mais aussi les liens islamiques entre les deux peuples. Pour Souleymane Dia, enseignant-chercheur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, venu accompagner la famille Seck, «il y a des connexions spirituelles assez fortes entre la pensée de Al-Maghili et la confrérie tidiane de Thiénaba». Sans doute, il rappelle que le Thiénaba est une confrérie tidiane qui a eu à mener une résistance de 7 ans contre l’occupation coloniale avant que Amary Ngoné Ndack Seck ne vienne s’y installer en 1882. Se réjouissant de cette initiative, il souligne : «C’est une grande prouesse pour l’Algérie d’avoir mobilisé autant de sommités et d’autorités religieuses de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique du Nord pour ensemble célébrer, mais aussi reconnaître la vie et l’œuvre de Imam Al-Maghili, qui a joué un rôle important dans l’islamisation du Maghreb, mais aussi de l’Afrique occidentale.» D’après Dr Souleymane Dia, Amary Ndack Seck Ndack et Cheikh Ahmadou Ba ont étudié de près la pensée de Al-Maghili avant qu’ils ne se lancent dans cette action de résistance contre l’occupation coloniale. Pourquoi ? «On ne doit pas se lancer dans une opération de djihadisme qui engage la vie des gens et leurs biens sans pour autant réfléchir sur les conséquences que cela pourrait engendrer. Et cette réflexion se fait généralement autour de sommités, de penseurs qui ont écrit sur le djihadisme», dit-il. Pour lui, Amary Ndack et Cheikh Ahmadou Ba ont assimilé plusieurs pensées religieuses en rapport avec la résistance, le djihad de El Imam Mouhamed Ben Abdul Karim Al-Maghili. «Ils se sont inspirés de la pensée de Al Maghili parce qu’ils ont toujours mené un djihad défensif et non offensif», a-t-il fait savoir lors de ce colloque.

Pensée de l’Imam Al-Maghili et action de Mame Amary Ndack 
A l’en croire, «quand on occupe un pays, la préoccupation doit être l’islamisation et non la conquête du pouvoir et du territoire». Selon les dires de Souleymane Dia, Amary Ndack et Cheikh Ahmadou Ba, qui ont étudié la pensée de l’Imam Al-Maghili, l’avaient compris. «On voit une connexion évidente entre la pensée de l’Imam Al-Maghili et l’action de Mame Amary Ndack», observe Souleymane Dia. Il estime, qu’au-delà de l’objectif poursuivi par ce colloque, qui essaye de fortifier l’islam, le soufi porteur de paix et de stabilité, en tant que talibé de Thiénaba, «nous avons un intérêt particulier parce que Al-Maghili est l’un de nos inspirateurs». En tant que universitaire, il estime également que si la conférence réussit à atteindre l’un de ses objectifs et arrive à insuffler cette idée «forte» de la pensée de l’Imam Al-Maghili dans les sociétés africaines et sur «ceux qui exercent le pouvoir, il est évident que cela pourra aider à la stabilité parce que, plus il y aura de justice sociale, plus il y aura de stabilité et la pensée de Al-Maghili est porteuse de justice sociale», conclut-il.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page