Politique

Ambiance à l’Assemblée nationale : Sur un air de campagne

Avec la présence des militants sur les gradins, une Assemblée très polarisée, l’ambiance lors de la Dpg ressemblait à une campagne électorale. Les mêmes discours, les mêmes attaques, les mêmes huées et les mêmes excès.

C’est une ambiance de meeting. Cela pousse le président de l’Assemblée nationale à passer assez de temps à rappeler les députés à l’ordre, à lire le Règlement intérieur de l’institution. Lors de la Déclaration de politique générale d’hier du Premier ministre, il lui a fallu crier haut et fort pour calmer le public, qui a pris d’assaut les gradins de l’Hémicycle. «Vous n’avez pas le droit d’applaudir ou de marquer votre désapprobation», claironne-t-il. Il a passé la journée à insister sur ce principe. En vain. Les mêmes spectateurs et députés tenteront de noyer le discours de Mimi Touré dans le brouhaha quand elle a pris la parole pour demander à Amadou Ba si le Président Sall sera candidat en 2014. «Wouuuuuuuuuuuuuuuuuu», scandent des parlementaires et les militants du pouvoir.

Pour un président de l’As­sem­blée nationale, c’est un travail usant. Elu dans la contestation, il a du mal à asseoir son autorité à l’Hémicycle. Et les députés de l’opposition ne ratent jamais l’occasion pour lui rappeler les conditions de son élection.

Dans le même sillage que Mimi Touré, Barthélemy Dias a voulu aussi connaître la position de Amadou Ba sur une éventuelle candidature de Macky en 2024. Lors de sa deuxième prise de parole, il a voulu faire écouter un audio du chef de l’Etat, qui annonçait qu’il n’allait pas se représenter une troisième fois. Mais, il n’aura pas la latitude de le faire, car le micro lui a été coupé par le président de l’Assemblée. Ce qui lui a fait sortir de ses gonds. «Je vous ai dit que vous êtes une marionnette et je ne bougerai pas d’ici. Il coupe mon temps de parole. Il sait que ce qu’il fait n’est pas normal», martèle le maire de Dakar. Ses collègues lui ont demandé de poursuivre, mais il ne voulait pas l’entendre de cette oreille. «Le Pm a dit qu’il n’a pas entendu le Président. Je voulais lui faire écouter ce que Macky Sall a dit», s’est-il expliqué. Il demande à Amadou Mame Diop une disposition qui interdit le partage d’un audio. «Vous étiez absent, mais on a réglé cette question», lui sert-il de réponse en citant l’article en question contenu dans le Rè­glement intérieur de l’As­semblée nationale. «Mais, vous utilisez votre portable», balance à nouveau Barth’. «Ce n’est pas ton problème», réplique le maire de Richard-Toll intransigeant sur cette question. «Je vous ai dit que vous êtes une marionnette. Vous avez été élu avec la présence de la gendarmerie, faites-moi partir par la gendarmerie», enchaîne le député de Yaw, furax.
Il a fallu que certains députés de l’opposition viennent le convaincre de descendre de l’estrade. Il a fini par revenir à de meilleurs sentiments.
Par Justin GOMIS – justin@lequotidien.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page