Actualités

Assemblée – Malgré le recrutement de 5000 jeunes : L’école face toujours à un déficit d’enseignants – Lequotidien

C’est une situation devenue structurelle : les 5000 jeunes, recrutés dans le cadre du programme Xeuyu ndaw yi de mars dernier, n’ont pas réussi à résorber le déficit d’enseignants. «Les 5000 enseignants recrutés  ont permis de combler tout le déficit d’enseignants qui avait été noté. Mais les déficits actuels sont le fruit des départs à la retraite, des décès enregistrés», admet Cheikh Oumar Anne. Le ministre de l’Education nationale ne s’est pas arrêté au constat. Il a annoncé que le concours de recrutement des élèves-maîtres sera bientôt lancé pour combler le gap dans la limite des fonds disponibles. Cheikh Oumar Anne, qui était hier devant la Représentation nationale pour le vote du budget de son département, a, par ailleurs, estimé le déficit de tables-bancs à 300 mille unités. Selon le ministre de l’Education nationale, un projet est en cours de préparation pour le résorber. Sans plus de détails.

Abris provisoires 
Interpellé sur les abris provisoires, qui servent d’école dans certains contrées du pays, Cheikh OumarAnne a affirmé que «ces écoles de fortune continueront à se développer en raison de l’évolution démographique et se créeront dans toutes les localités où leur implantation est nécessaire, surtout celles les plus reculées (…) Leur résorption se fera à travers le Programme de remplacement des abris provisoires (Prorap) ». Selon toujours le ministre de l’Education nationale, le Prorap concerne 6 mille 339 sous forme d’allotissement. Le premier lot est déjà réalisé à plus de 98%. Le marché du lot 2 est attribué. Le lot 3 a démarré en juin 2022. Son taux d’exécution est de 15% et la cadence va être plus soutenue prochainement. Pour le lot 4, l’instruction est déjà donnée pour un projet de 6000 abris.

Le Sénégal ferme sur l’éducation sur le genre
Cheikh Oumar Anne a, par ailleurs, affirmé que la position du Sénégal sur la «question du genre n’est pas négo­ciable». Dans le domaine de l’éducation, le gouvernement préserve scrupuleusement les intérêts et valeurs de notre pays, surtout en ce qui concerne le genre et ses objectifs (…) «Le Sénégal a pris la mesure de s’abstenir de participer à tout programme allant dans le sens d’admettre au terme Genre une acceptation autre que  l’égalité homme-femme», rappelle Chei­kh Oumar Anne. Qui a précisé que le programme de tenue scolaire devait démarrer cette rentrée, mais des contraintes l’ont retardé. Les commandes vont bientôt être acheminées vers leurs cibles.
Par Malick GAYE – mgaye@lequotidien.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page