Société

Bagarre à la Mac de Mbacké : Les 8 détenus impliqués condamnés 2 ans dont 1 an de prison ferme

Les huit « mutins » de la prison de Mbacké placés sous mandat de dépôt à la Maison d’arrêt et de correction de Diourbel ont été jugés jeudi et condamnés par le Tribunal de grande instance de cette localité à une peine de 2 ans dont 1 an de prison ferme. Pourtant, dans son réquisitoire, le représentant du Ministère public avait demandé 2 ans de prison dont 6 mois ferme.

Devant le juge, les mis en cause ont tous nié les faits pour lesquels sont poursuivis à savoir : dont l’association de malfaiteurs, tentative d’évasion, outrage à agent, violence et voie de fait, rébellion et injures publiques.

Il s’agit, en effet, de Pathé Thiam, condamné à 2 ans de prison ferme par le tribunal de Thiès pour association de malfaiteurs et vol en réunion ; Khadim Lô, condamné à 2 ans ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour complicité de vol dans un moyen de transport ; Mame Cheikh Wade, condamné à 5 ans de prison ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour association de malfaiteurs et vol en réunion ; René Nangué, condamné à 2 ans de prison ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour offre ou cession de chanvre indien ; Cheikh Fall Diatta, condamné à 2 ans ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour offre ou cession de chanvre indien ; Abdourahmane Diop, condamné à 2 ans de prison ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour offre ou cession de chanvre indien ; Amadou Djiba, condamné à 2 ans de prison ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour vol dans un moyen de transport ; et le huitième mutin, Pape Ndiaye, qui a été condamné à 2 ans de prison ferme par le tribunal de Pikine-Guédiawaye pour offre ou cession de chanvre indien.

Les faits
En effet, ces huit détenus qui ont été transférés à la Mac de Mbacké, avaient refusé, le lundi 4 octobre dernier, de prendre leur petit-déjeuner.

Ainsi, ils voulaient être isolés dans un dortoir ou transférés dans une autre prison. Mais le directeur de la prison avait compris que ces derniers étaient en train de planifier un plan pour s’évader. Alors, le maître des lieux a refusé de mettre une chambre à la disposition de ces prisonniers.

Finalement, les susnommés se sont révoltés le jeudi dernier vers 17 h 45, avant d’attaquer la garde pénitentiaire. La bataille rangée qui s’ensuivit a occasionné des blessés dans les deux camps dont six matons.

Suite à cet incident, les huit instigateurs de cette bagarre ont été extraits et conduits au commissariat urbain de Mbacké.

Visés pour association de malfaiteurs, tentative d’évasion, outrage à agent, violence et voie de fait, rébellion et injures publiques, entre autres, ces mutins ont été déférés, vendredi dernier, au tribunal de grande instance de Diourbel.

Après un retour de parquet, ils ont été placés sous mandat de dépôt depuis lundi dernier. Ils seront jugés en flagrant délit ce jeudi.

Lesoleil.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page