Société

L’hôpital Albert Royer alerte sur des cas de grippes sur les enfants

sudquotidien.sn

Les cas de grippe chez les enfants prennent de l’ampleur dans les structures de santé. Au niveau de l’hôpital Albert Royer de Fann, ils sont nombreux qui y arrivent dans une situation de détresse respiratoire qui nécessite un branchement à oxygène. Un phénomène qui indispose des parents et accompagnants de certains patients qui doivent attendre très longtemps avant de se prendre en charge. En point de presse hier, mercredi 13 octobre, les médecins ont tiré la sonnette d’alarme.

Les cas de paludisme sont en baisse dans les consultations au même la grippe prend du terrain. Au niveau de l’hôpital d’enfants Albert Royer, plus d’une dizaine arrivent dans les lieux en situation de détresse respiratoire par jour. Ils ont besoin d’être pris en charge dans l’immédiat. Selon le professeur Idrissa Demba Ba, ce phénomène touche les enfants de moins de deux ans.

«Depuis une à deux semaines, nous avons beaucoup de cas de grippe chez les enfants mais surtout des cas graves. Ces malades sont prioritaires dans le traitement et ils doivent être pris en charge dans les 10 à 30 minutes» a-t-il laissé entendre. Et de poursuivre : «l’hôpital est débordé par les cas grave. Il arrive que deux patients partagent le même lit. Il faut agir vite pour stabiliser l’enfant».

Revenant sur la prévention de ces cas, le professeur Ba a recommandé, le lavage des mains avec de l’eau coulante et au savon, le port de masque, mais aussi l’hygiène nasale. Toutefois, il a rassuré que «le taux de mortalité est stable. Avec la flambée des cas, nous n’avons pas encore enregistré de décès. Les pathologies qui sont à l’origine de la grippe virale sont les infections virales, la bronchiolite, diarrhée ou vomissement».

Pour le professeur Aliou Thiongane chef de service d’accueil des urgences (Sau) de l’hôpital Albert Royer, la hausse des cas de grippe ces derniers jours a créé des tensions au sein des accompagnants des malades.

«Il y en a certains parents qui ne comprennent pas le fait que les médecins les font attendre pour prendre en charge des malades qui viennent d’arriver. Les interventions peuvent prendre du temps pour les urgences et certains accompagnants s’impatientent».

Pour le Pr Thiongane, il y a trois catégories de malades qui sont prises en charge au sein de son service. Les malades urgent dont l’attente ne doit pas dépasser une heure, ceux qui sont non urgent dont le délai d’attente reste indéterminé. Ces derniers peuvent patienter trois heures, une journée et même plus. Et entre les deux, il y a les malades prioritaires.

Denise ZAROUR MEDANG

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page