A LA UNEInfos CoronavirusLe saviez vous

Coronavirus Covid-19 : symptômes, diagnostic, traitement… Tout ce qu’il faut savoir

Parti de Wuhan dans le centre de la Chine, une épidémie liée à un coronavirus ressemblant au SRAS a fait des centaines de morts en Chine, contaminé des milliers de personnes. Des cas ont été détectés un peu partout dans le monde, suscitant une réelle inquiétude. Propagation, transmission, prévention… Notre dossier permet de faire le point et d’éviter les fake news.

Qu’est-ce que le nouveau coronavirus ?

Les coronavirus (surnommés CoV) sont une famille de virus plus ou moins sévères : selon le site du gouvernement, ils peuvent provoquer de simples rhumes ou des pathologies plus lourdes telles que le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Aujourd’hui, on en connaît six espèces. Le nouveau coronavirus découvert en 2019 a été baptisé SARS-CoV-2 et la maladie qu’il entraîne, CoVid-19.

D’où vient-il ?

Le SARS-CoV-2 a été découvert pour la première fois au mois de décembre 2019 dans la ville chinoise de Wuhan, dans la province de Hubei. Les experts s’accordent à dire que la source de ce virus est animale : les premiers cas identifiés s’étaient en effet tous rendus au Huanan Seafood Market, un marché de poissons et de fruits de mer où étaient également vendus des animaux vivants.

Une thèse d’autant plus probable que l’épidémie de SRAS en 2002-2003 et celle de MERS en 2012 étaient respectivement associées aux civettes et aux dromadaires. Si l’animal responsable de la transmission du nouveau coronavirus à l’homme n’a à ce jour pas encore été identifié, plusieurs pistes ont été soulevées, notamment celles de la chauve-souris, du serpent et du pangolin.

Quel est le mode de transmission ?

La transmission interhumaine, c’est-à-dire de personne à personne, a rapidement été confirmée. La maladie se transmet par les voies respiratoires, par les postillons (éternuements, toux). Le gouvernement explique que l’“on considère qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection ».

Aucun autre mode de transmission n’a à ce jour été identifié. Il est donc peu probable que la maladie se transmette par l’eau, ou encore par les colis en provenance de Chine, comme le craignaient certaines personnes.

A Hong Kong, les autorités ont annoncé le 28 février le premier cas de chien testé positif au coronavirus. C’est sa maîtresse qui l’aurait infecté. Toutefois, il ne présente aucun symptôme (cas asymptomatique). A l’inverse, il n’existe actuellement aucune preuve de contamination de l’homme par des animaux domestiques.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes du CoVid-19 sont d’autant plus difficiles à repérer qu’ils ressemblent à ceux de la grippe : fièvre, toux et difficultés respiratoires. Les formes les plus sévères d’infection au nouveau coronavirus peuvent se traduire également par une détresse respiratoire aiguë, une insuffisance rénale aiguë ou encore une défaillance multi-viscérale potentiellement fatale. La période d’incubation, c’est-à-dire le délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes, est de 14 jours. Les autorités chinoises ont néanmoins rapporté le cas d’un septuagénaire ayant développé les symptômes 27 jours après la contamination.

Comment diagnostique-t-on la maladie ?

En cas de suspicion d’infection au coronavirus, les personnes sont invitées à appeler directement le Samu (15) et non à se rendre aux urgences ou chez leur médecin traitant, au risque de contaminer d’autres personnes. Le Samu se met ensuite en lien avec un infectiologue. Un questionnaire permettra de classer le patient en cas possible ou exclu. S’il est considéré comme un cas possible, il sera “pris en charge et isolé dans un service d’infectiologie”, explique le portail du gouvernement sur le coronavirus.

Comme indiqué par le ministère de la Santé dans son guide de « préparation au risque épidémique CoVid-19 », les tests diagnostiques, mis au point par l’Institut Pasteur, sont les suivants :

“Un prélèvement systématique des voies respiratoires hautes (naso-pharyngé/écouvillons Virocult® ou aspirations) ;
Un prélèvement des voies respiratoires basses (crachats, LBA, ATB) en cas d’atteinte parenchymateuse ;
Un prélèvement systématique de sang sur tube ;
Un prélèvement de selles en cas de diarrhée. ”

Ces tests sont réalisés dans les 38 établissements de soins habilités. « Plusieurs milliers peuvent être effectués chaque jour, précise le gouvernement. Le délai pour avoir un résultat est entre trois et cinq heures ».

Quel est le traitement ?

A ce jour, il n’existe aucun traitement spécifique contre le CoVid-19. Le traitement des cas n’est que symptomatique (traitement de la fièvre, des congestions ou des douleurs éventuelles). Le gouvernement explique que “plusieurs traitements sont en cours d’évaluation en France, en lien avec l’OMS [Organisation mondiale de la santé, NDLR] pour être utilisés contre le Coronavirus CoVid-19”. Des dizaines de molécules antivirales déjà existantes, telles que la chloroquine contre le paludisme, le lopinavir et le ritonavir contre le VIH et la ribavirine contre l’hépatite C, sont à l’essai. Selon une étude, le lopinavir et l’arbidol, utilisé en Russie et en Chine contre la grippe, semblent montrer des résultats particulièrement satisfaisants.

Plusieurs équipes de chercheurs à travers le monde se penchent actuellement sur l’élaboration d’un vaccin. En France, c’est l’Institut Pasteur qui travaille dessus. Mais “tous ces essais cliniques prennent beaucoup de temps, a expliqué Christophe d’Enfert, directeur scientifique de l’institut lors d’une conférence de presse donnée le vendredi 31 janvier. Nous espérons le mettre à disposition d’ici 20 mois ».

Il convient toutefois de préciser que le taux de mortalité de l’infection au nouveau coronavirus reste faible (entre 2 et 3 %) et que parmi les plus de 83 000 cas confirmés, près de 37 000 sont considérés comme guéris.

Quelles sont les recommandations pour prévenir l’infection ?

Le gouvernement a émis des consignes sanitaires afin de prévenir l’infection à CoVid-19. Celles-ci sont valables pour tous les autres types d’infection respiratoire :

.Se laver les mains régulièrement ;
.Tousser ou éternuer dans son coude ;
.Utiliser des mouchoirs à usage unique ;
.Porter un masque quand on est malade, son efficacité n’ayant pas été démontrée sur les personnes non malades.
.Les personnes revenant d’une zone à risque (Chine, Hong Kong, Macao, Singapour, Corée du Sud, Iran, régions de Lombardie et de Vénétie en Italie), elles, doivent pendant les 14 jours suivant leur retour :

.Surveiller leur température 2 fois par jour ;
.Surveiller l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…) ;
.Porter un masque chirurgical lorsqu’elles sont en face d’une autre personne et lorsqu’elles doivent sortir ;
.Se laver les mains régulièrement ou utiliser une solution hydroalcoolique ;
.Eviter tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) ;
.Eviter de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…) ;
.Éviter toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…) ;
.Travailleurs/étudiants : dans la mesure du possible, privilégier le télétravail et éviter les contacts proches (réunions, ascenseurs, cantine…) ;
.Les enfants, collégiens, lycéens ne doivent pas être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée, compte tenu de la difficulté à porter un masque toute la journée.

Ecrit par:

Morgane Garnier
Journaliste

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 9 =


Bouton retour en haut de la page