Politique

Divulgation des détails du patrimoine d’Idrissa Seck: et si Macky et son clan étaient derrière ?

​Quelques jours après avoir déclaré son patrimoine à l’Ofnac, le nouveau président du Conseil économique, social et environnemental (CESE) voit ses biens étalés sur la place publique. Une divulgation qui a même l’institution dirigée par Mme Seynabou Ndiaye Diakhaté à voler au secours de M. Idrissa Seck. Et si le camp de son nouvel allié Macky Sall était derrière cette manœuvre… Mackyavélique ?

« La politique est un sport de combat, une guerre sans pitié. Ce n’est pas l’amour du prochain mais la haine de l’autre, du rival, du « frère » qui guide l’homme politique. Pour avancer et triompher, il doit combattre, détester et au final, « tuer » le rival qui lui est le plus proche », écrivaient Renault Dély et Henry Vernet dans leur ouvrage « Tous les coups sont permis ». Vendredi 29 janvier dernier, le président du Conseil Economique, Social et Environnemental déclarait son patrimoine auprès de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC).

A travers cet exercice, il entendait se conformer aux exigences de la loi numéro 2014-17 du 02 Avril 2014 relative à la déclaration de patrimoine et de son décret d’application en date du 12 novembre 2014. Hélas pour M. Idrissa Seck, il a juste fallu trois jours pour que son (fabuleux) patrimoine soit mis sur la place publique.

Un patrimoine estimé à des dizaines de milliards de francs constitués notamment du lieudit « Cyber campus » à Thiès d’une valeur de 2 millions de dollars — un milliard de francs CFA, excusez du peu ! —d’un terrain de plus de 2000 m2 situé en face du même cyber campus, d’un autre titre foncier de 1700 m2, d’une maison au quartier Mbour 2, d’une autre propriété en bordure de mer, d’un domaine d’au moins 100 hectares à Bandia, d’une maison au Point E, d’un terrain de près de 2 ha en bordure de mer non loin de Mermoz, etc.

Une information qui a fait les choux gras de la presse mais également des réseaux sociaux poussant l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption à réagir. « Plusieurs journaux ont publié récemment des informations sur des biens qui seraient contenues dans la déclaration de patrimoine de monsieur Idrissa Seck, président du Conseil économique, social et environnemental », écrit la cellule chargée de la communication de l’Ofnac. Avant de rappeler que « les déclarations de patrimoine sont traitées dans le respect de la stricte confidentialité ».

Le communiqué ajoute que « les personnes préposées à la réception et à la conservation de ces documents sont toutes assermentées ». Dès lors, argue l’Ofnac, « les procédures (…) ne permettent aucune violation des données personnelles des assujettis », c’est-à-dire les personnes qui ont fait leur déclaration de patrimoine auprès de l’organe public anticorruption. En conséquence, l’Ofnac tient à préciser que les informations dont il est fait état dans lesdits articles n’engagent que leurs auteurs et ne sauraient émaner de ses services.

Seul Macky a intérêt à faire fuiter cette info…
En jetant le patrimoine du président de Rewmi sur la place publique, l’effet immédiat est sans doute de pousser le grand public à davantage diaboliser Idrissa Seck et de le conduire au bûcher. Mais, qui a donc intérêt à le faire dans ce contexte précis ? Même si on ne peut pas pour le moment citer de nom, on peut néanmoins suspecter le camp de son propre allié du moment Macky Sall. Car, des partisans du président, déçus de ce rapprochement qui, à bien des égards s’est fait à leur détriment, pourraient bien avoir intérêt à le saborder quel que soit le moyen utilisé.

Le général de Gaulle avait théorisé cela en ces termes : en politique, la trahison est une question de temps ! En tout cas, de nombreux observateurs sont convaincus que cette fuite ne peut provenir que du camp présidentiel. « Vous savez, on est en politique et ce n’est pas un jeu d’enfants. Si le patrimoine de Idrissa Seck s’est retrouvé en moins de 72 heures sur la place publique, le responsable n’est personne d’autre que personne d’autre que Macky Sall. Il est un vrai tacticien politique. Il va achever politiquement Idrissa Seck après avoir réussi à le faire rallier à son camp », analyse une haute personnalité qui a voulu garder l’anonymat.

Pour un autre interlocuteur, Macky Sall ne veut pas vivre une deuxième « trahison » de Idrissa Seck. « Comme vous le savez, Macky a connu le départ prématuré de Idrissa Seck juste après son élection en 2012. Un départ suivi d’attaques sanglantes de la part du leader de Rewmi qui est arrivé deuxième lors de la présidentielle du 24 février 2019.
Donc, si ce même Idrissa Seck retourne à la case de départ, Macky Sall va saisir l’occasion pour l’envoyer enfin à la retraite politique. Il va davantage le déshabiller politiquement jusqu’à ce qu’il ne vaille plus rien devant l’opinion
», soutient notre deuxième interlocuteur.

Lequel croit dur comme fer que le président de la République « et sa clique » seraient derrière la divulgation du patrimoine de l’actuel président du Conseil Economique, Social et Environnemental sue la place publique avec une précision qui frise le coup monté. De toutes les façons « Soow » est perdant dans son alliance avec « Mbourou ». Car, jour après jour, son capita sympathie diminue tandis que certains de ses responsables et militants continuent à quitter son navire Orange…

Le Témoin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page