Actualités

Lazard Lamane Thiaw, Pambal comme unique priorité

(APS) – Du séminaire de Ziguinchor à la mairie de Pambal, en passant par la brousse de Sébikotane, Lazard Lamane Thiaw a bourlingué. Il voulait être prêtre, il est devenu professeur de philosophie avant d’être porté à la tête de la mairie de Pambal, commune de la région de Thiès (ouest) au service de laquelle il consacre désormais toute son énergie.

L’actuel édile de Pambal, commune située au sud-est du département de Tivaouane, a fait ses humanités d’abord dans son village natal, ensuite, à Tivaouane, puis à Kaolack, avant que, le baccalauréat en poche, le destin ne lui fasse déposer ses valises en Casamance.

Quand il a voulu prendre la soutane, il séjourne pendant cinq ans au grand séminaire de Brin, près de Ziguinchor, la grande ville de la partie méridionale du Sénégal.

Après le cycle de philosophie, il débarque à Sébikotane pour trois autres années de théologie.

A l’arrivée, il est jugé inapte à poursuivre sa formation, par un jury. « Je suis sorti du grand séminaire, renvoyé, et je suis allé à l’université de Dakar pour m’inscrire en première année de philosophie », se souvient-il.

Tenace, il complète sa maîtrise et s’inscrit à la faculté des sciences et techniques de l’éducation et de la formation (Fastef), pour devenir professeur de philosophie dans les lycées. Il enseigne aujourd’hui encore cette discipline au lycée de la commune de Pambal, dont il est le maire.

A défaut d’être ordonné prêtre, cette ancienne gloire du football local et dirigeant sportif de la zone de Chérif Lô, s’est trouvé une autre vocation : la politique au service de son terroir, Pambal.

« Tous ces sacrifices auprès de mes concitoyens depuis plus de 20 ans, m’ont autorisé à me présenter lors des dernières élections locales de janvier 2022 », dit Lazard Thiaw.

Pour lui, c’est cet esprit de sacrifice pour « l’émergence réelle de Pambal » qui a fait la différence, et a amené ses concitoyens à le choisir comme maire au cours des dernières élections locales de janvier 2022.

Devenu un acteur politique par la force des choses, sa motivation était la suivante : dissiper les inquiétudes des populations de Pambal et trouver des solutions à leurs problèmes.

Sa vision de l’émergence de son terroir, il l’avait depuis très longtemps consignée dans le manifeste de son Mouvement pour la renaissance  socio-politique de Pambal et communautés (MRSPC).

« Il fallait décrire avec justesse la situation et donner des solutions afin de pouvoir entamer la réforme en profondeur », dit-il.

Se disant très fidèle à ses principes, il théorise l’idée que toutes les formations politiques restent ses partenaires. Il en veut pour preuve le fait qu’en tant que co-fondateur de l’APR (parti au pouvoir), il a pu remporter les locales, sous la bannière de Yewwi Askan-Wi (coalition de l’opposition).

Cette parenthèse fermée, il retrouve, lors des échéances de juillet de la même année, ses camarades de Benno Bokk Yaakaar (coalition au pouvoir). Il figure parmi les rares maires de l’APR à avoir gagné leur commune lors des législatives.

Il ne voit pourtant à cela « aucune tortuosité », mais plutôt une constante : Pambal par-dessus tout.

 »Je suis prêt à trahir n’importe qui pour faire hisser le drapeau de Pambal », dit Lazard Thiaw, qui se targue d’être « le seul qui ait gagné avec deux coalitions concurrentes dans deux différentes élections en l’espace de six mois ».

Assurant bien gagner sa vie en tant que  professeur de lycée, il se dit très satisfait de ce que la providence lui offre, en dehors de la politique.

Avec son expérience d’adjoint au maire de 2014 à 2022, il croit disposer d’assez d’éléments, pour aller très vite, dans l’exécution de son programme, notamment dans les secteurs dont les compétences ont été transférées aux collectivités territoriales, comme l’éducation et la santé.

Il s’est depuis résout à se pencher avec transparence, sur la satisfaction des multiples demandes de terrains à usage d’habitation, déposées par les jeunes.

Dans cette commune située sur la piste latérite reliant Tivaouane à l’est et Darou Alfa à l’ouest, le président de la République sait combien le goudronnage de l’axe  Pambal-Tivaouane est une préoccupation urgente pour les populations, selon le maire.

« Quand j’ai rencontré  le Président Macky Sall, ma première requête a été le bitumage de la route, je ne lui ai posé aucun problème personnel, contrairement à ceux qui profitent de ce genre d’occasion pour glisser leur CV », rapporte-t-il.

« Le seul document que je lui ai remis main à main a comme contenu l’ensemble des priorités de Pambal », précise Lazard Thiaw.

Une autre urgence aux yeux du maire : récupérer avec l’appui du chef de l’Etat toutes les terres de sa commune compromises, selon lui, par un titre minier datant de 1958.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page