Actualités

Les équipements de protection payés à des sociétés non spécialisées – Lequotidien

La revue des marchés passés par le ministère de la Santé et de l’action sociale montre que des entreprises sont choisies par entente directe pour livrer des équipements dans le cadre de la pandémie, alors que leur expérience en la matière n’est pas avérée. En guise d’exemple, la Cour des comptes relève l’entreprise Medine Sarl, créée le 1er février 2017 et dont les activités principales contenues dans son registre de commerce, sous le numéro Sn Dkr 2017 B 3027, sont liées au domaine du transport terrestre, aérien et maritime et par conséquent, n’appellent pas ladite société à gagner, par entente directe, 4 marchés de fourniture d’Epi d’un montant global de 4 milliards 283 millions 900 mille francs Cfa.

Il s’y ajoute que la société n’a aucune expérience dans la fourniture d’équipements médicaux de par le passé et n’a eu de relation de travail avec le Msas que pendant la pandémie.

Il en est de même de la société «Al Nabiyou Prestation» de son vrai nom «Al Nabiyou voyage», créée le 8 août 2016 sous le numéro Sn Dkr 2016 B 18711, appartenant à Madame Ndèye Katy Gadiaga, propriétaire de Medine Sarl. La Société Al Nabiyou est une agence de voyage à laquelle le Msas a attribué des marchés d’Epi d’un montant total d’1 milliard 137 millions 925 mille 900 francs Cfa.

Concernant l’entreprise «Cilex Management», elle est créée le 9 octobre 2019 sous le numéro Sn Dkr 2019 B 28316, soit moins de 5 mois seulement avant l’apparition du premier cas de Covid-19 au Sénégal. Elle est attributaire d’un marché de fourniture d’Epi pour un montant d’1 milliard 198 millions 360 mille francs Cfa.

Selon Ousseynou Ngom, Dage du Msas, ledit Ministère «a conclu des contrats avec des entreprises (Medine Sarl, Al Nabiyou et Cilex Management) qu’il estime capables de lui fournir, dans les délais, du matériel dans le cadre de la riposte dans ce contexte de forte demande sur le marché international. Ces dernières ont donné satisfaction en livrant du matériel de qualité dans les délais requis».
La Cour fait observer qu’aucune preuve sur l’expérience des entreprises citées dans la fourniture d’Epi n’a été apportée par M. Ngom dans sa réponse.

Pour les vérificateurs, le recours à des entreprises n’ayant aucune expérience dans le domaine peut engendrer des risques de favoritisme préjudiciables à l’Etat.
Par Dialigué FAYE-dialigue@lequotidien.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page