Politique

MADIAMBAL DIAGNE : « JE N’AI PAS À PRÉSENTER DES EXCUSES »

Le Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie dans les médias (CORED) dénonce la dernière chronique de Madiambal Diagne. Il lui est reproché d’avoir tenu des propos « graves » de nature à saper la cohésion sociale.

Et certains ont même exigé à ce qu’il présente ses excuses publiques. Le concerné n’est pas dans les dispositions de passer à l’acte. Autrement dit, il refuse de présenter ses excuses. A son avis, ce sont ceux qui se sont mis à l’insulter qui devraient lui demander pardon. « Ceux qui ont été choqués ont mal lu, ou ont vu ce qu’ils ont voulu voir. C’est au contraire, les gens qui m’ont insulté qui devaient s’excuser à mon niveau. C’est très facile dans ce pays-là de se réveiller, se mettre devant son ordinateur, d’insulter les gens comme on veut, sans aucune preuve », a-t-il regretté, invité du Grand Jury sur RFM. Avant d’ajouter : « Je n’ai pas à m’excuser. Au contraire, ce sont ces gens-là qui me doivent des excuses. Ce que j’ai écrit c’est clair, c’est du Français. Si maintenant quelqu’un a fait une mauvaise appréciation, je ne suis pas responsable de cela ».

S’agissant de la décision du Cored selon laquelle il veut instruire cette affaire, Madiambal Diagne souligne : « je suis gêné de parler du Cored. Il y a des gens qui prennent des décisions et qui ont un contentieux personnel avec Madiambal ou avec Le Quotidien et qui ont été virés du Quotidien pour des raisons évidentes que vous connaissez. Si ces gens-là me condamnent ça ne me dérange pas. »

Des accusations contre Souleymane Téliko

Par ailleurs, Madiambal Diagne a porté des accusations sur le président de l’Union des magistrats du Sénégal, Souleymane Téliko. « C’est très facile, devant les médias, de se présenter en parangon de vertu et d’éthique mais, dans les comportements de tous les jours, est ce qu’on l’est », a expliqué Madiambal Diagne. Il poursuit : « le président de l’UMS actuel a été juge des chambres africaines extraordinaires qui ont jugé Hussein Habré. Il a été épinglé par l’Union européenne dans un rapport officiel pour avoir perçu des frais de mission pour aller au Tchad alors qu’il a été totalement pris en charge par le Gouvernement tchadien. L’Union européenne a protesté devant le Gouvernement du Sénégal. Sidy Kaba était ministre de la Justice et Souleymane Téliko avait remboursé ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page