Société

Manque de pot pour 2 voleurs : ils tombent sur le Directeur du camp pénal de Liberté 6

lesoleil

Pas de chance. Le coup du piéton qui tape sur le rétroviseur d’un automobiliste pendant que son acolyte s’empare d’un téléphone dans la voiture, n’a pas marché avec le capitaine B.A. Konté. Les présumés voleurs, M. Samaké et P.M. Bâ interpellés, ont écopé de deux ans dont trois mois ferme. Le propriétaire de l’un des nombreux téléphones trouvés sur eux a déclaré avoir été victime du même modus operandi que celui utilisé avec le capitaine Konté.

Le 31 décembre dernier, le Directeur du camp pénal de Liberté 6, le capitaine B.A. Konté, était au volant de sa voiture au rond-point de Liberté 6 vers 19 h lorsque M. Samaké a donné un violent coup sur son rétroviseur. Loin de se laisser avoir par ce stratagème bien connu des voleurs, il est descendu de son véhicule et a appelé un renfort. Sur Samaké, il a été trouvé trois téléphones portables. P.M. Bâ, son présumé complice qui se tenait non loin, a été interpellé en même temps. Joint au téléphone, le propriétaire de l’un des appareils S.M. Thioune a dit que son portable a été volé dans les mêmes circonstances que celles décrites par le capitaine. Les faits qui le concernent s’étaient passés le 21 décembre à Nord-Foire, à hauteur d’une pharmacie. P.M. Bâ avait donné un coup à son rétroviseur. Il a ralenti. Le suspect l’a salué, lui a dit que ce n’était rien de grave et a disparu. Un motocycliste qui a vu la scène lui a fait savoir qu’il venait d’être victime d’un vol de son téléphone. S.M. Thioune n’a pas pu mettre la main sur le voleur.

Traduits, hier mercredi 20 janvier, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour vol en réunion, Samaké et Bâ ont nié les faits.

Selon P.M. Bâ, soudeur métallique, il a vu un attroupement, s’est approché et a été arrêté.

Samaké a expliqué que Konté l’a heurté et ils ont échangé des propos aigres-doux. Le capitaine a alors alerté ses éléments qui l’ont interpellé. Il avait 9 téléphones destinés à la vente. Le téléphone dont le plaignant S.M. Thioune se dit propriétaire et qui a été trouvé dans sa poche, lui a été vendu par un certain Alassane, domicilié à Liberté 4.

Le procureur a requis deux ans dont six mois ferme contre les deux prévenus pour vol en réunion et tentative de vol. Mes Iba Mar Diop et Domingo Dieng, de la défense, ont relevé que leur client Samaké a été honnête en disant qu’il détenait 9 téléphones alors que le procès-verbal n’a fait état que de 3 appareils. Samaké a heurté le véhicule d’un homme de tenue qui était en civil. Une dispute s’en est suivie. Konté, qui garde des prisonniers et qui voit des malfaiteurs partout, doté d’une imagination débordante qui voyage à la vitesse de l’éclair, selon les avocats, a cru que leur client était un voleur, mais il n’en est pas un. Mes Diop et Dieng ont sollicité la relaxe au bénéfice du doute.

M. Samaké et P.M. Bâ ont écopé de deux ans dont trois mois ferme pour le vol commis au préjudice de S.M. Thioune. Ils ont été relaxés de la tentative de vol au préjudice de B.A. Konté.

Hadja Diaw GAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page