ActualitésJustice

Modernisation de la Justice, de l’Administration : Le gouvernement veut renforcer ses «piliers»

Pour conquérir l’émergence, l’Etat compte sur des piliers essentiels : «Améliorer le fonctionnement de la Justice et renforcer la sécurité sociale et la modernisation de l’Admi­nistration, entre autres.» «Cela constitue le premier fonctionnement de consolidation du facteur de cohésion», précise Amadou Ba, qui faisait hier sa Déclaration de politique générale devant les députés. D’après le Premier ministre, «le deuxième facteur qui va contribuer à consolider l’Etat républicain, consiste à moderniser la Justice et à apporter plus de sérénité dans son ensemble». Selon lui, «les attentes légitimes du corps social en rapport au système judiciaire sont de plus en plus grandes».

Le Premier ministre indique que son gouvernement a fait de l’amélioration du fonctionnement des politiques publiques de la Justice, une priorité de l’action du gouvernement. Selon lui, «le bon fonctionnement de cette institution doit se traduire par un service accessible aux usagers, efficace et efficient». Pour ce faire, «il est primordial de consolider l’action de la Justice au service des concitoyens». Par conséquent, il promet d’améliorer les conditions de travail des magistrats, des auxiliaires de Justice, des travailleurs de la Justice en modernisant leurs infrastructures.  «La mise en œuvre du projet de construction de l’école de la magistrature et des professionnels du droit permettra de recruter et de former plus d’agents de la Justice, afin de réduire la durée des procédures pour aider la Justice à faire sa véritable mission qui est de protéger les citoyens et d’assurer la correction du condamné et de préparer sa réinsertion professionnelle», poursuit le Premier ministre.

En attendant, il est essentiel d’améliorer les conditions matérielles de détention et de travail de l’Administration pénitentiaire en procédant à la réduction du surpeuplement. Avec l’utilisation du bracelet électronique, qui est une alternative à la détention provisoire et comme mode d’aménagement de peine dès le début de l’année 2023, les prisons vont devenir moins bondées.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page