Politique

Projet de loi portant code électoral : Les attentes des acteurs politiques

lesoleil

Interrogés sur le projet de loi portant Code électoral qui sera examiné lundi en session plénière par les députés, Abdoulaye Wilane, Porte-parole du Parti socialiste (Ps) et Abdou Salam Bass, Chargé des élections de «Bokk gis-gis», ont salué le lien entre ce Code et le consensus du dialogue politique. Toutefois, Abdou Salam Bass suggère quelques amendements pour l’améliorer.

Les députés vont examiner, lundi 12 juillet 2021 à 10 heures, en session plénière le Projet de loi n°18/2021 portant Code électoral. Joint par téléphone, Abdoulaye Wilane, Porte-parole du Parti socialiste (Ps), indique qu’il fait partie de ceux qui souhaitent «que le Code reste inextricable à l’esprit du Dialogue politique national». Il poursuit qu’il faut faire preuve de loyauté républicaine et de patience citoyenne en vue de l’adoption du texte. Le député recommande ainsi «d’avancer à petit pas selon les consensus et de continuer à réfléchir sereinement sur les points inachevés».

Abdou Salam Basse, Secrétaire national chargé des élections de «Bokk gis-gis», avait siégé à la Commission politique du Dialogue national. Il reconnaît que tous les points qui avaient fait l’objet d’accord ont été traduits en actes dans le Code électoral. «Pratiquement, tous les accords ont été pris en compte. Il y a beaucoup d’améliorations avec beaucoup d’articles du Code électoral qui ont été réécrits pour être plus clairs. Le code a pris en compte la situation des personnes vivant avec un handicap pour leur faciliter le vote», se réjouit Abdou Salam Bass.

Amendements attendus

Cependant, ce dernier regrette la non-prise en compte, pour les candidatures au niveau départemental et communal, de la proposition qui voulait qu’on mette la photo de la tête de liste majoritaire. «Il y avait un accord, mais cela ne figure pas sur le projet de Code. Un amendement est nécessaire sur ce point. La photo facilite l’identification de la tête de liste d’autant plus que les maires seront élus maintenant au suffrage universel direct», indique le chargé des élections de «Bokk gis-gis». M. Bass propose aussi de trouver un consensus pour éviter les cumuls de candidatures (département et commune). Toujours pour améliorer le Code électoral, Abdou Salam Bass estime que le document «peut être plus souple» concernant le remboursement des cautions. Il regrette le fait qu’on impose à une liste qui se présente dans plusieurs communes d’avoir au moins un conseiller par commune pour être remboursée. Le chargé des élections du parti de l’ancien Président du Sénat, Pape Diop, pense que cette disposition «est draconienne» car une liste peut avoir un conseiller dans plusieurs communes et se retrouver bredouille dans une seule. Les candidats indépendants doivent aussi avoir au moins 5 conseillers pour être remboursés ; ce qu’il juge «peu encourageant pour ces types de candidatures». Il espère que ces différents points feront l’objet d’amendements de part des députés.

Oumar KANDÉ

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page