Infos Coronavirus

Propagation du variant Omicron dans le monde: le Sénégal peaufine sa stratégie de riposte

Le Nigéria et le Ghana, deux pays ouest-africains, ont officiellement annoncé mercredi l’apparition du variant Omicron du Coronavirus, séquencé en Afrique du Sud. Au même moment, le Sénégal est en train de peaufiner sa stratégie de guerre. En effet, le Conseil national de gestion des épidémies (Cnge) s’est déjà réuni en vue d’élaborer un plan de préparation pour faire face à un éventuel afflux de cas positifs au Covid-19, en rapport avec la pénétration de ce virus qui se propage partout, comme le Delta. Il demande la préparation des structures de santé pour faire face à une nouvelle vague de malades, dans les prochains jours ou prochaines semaines.

Le Cnge a formulé plusieurs recommandations pour essayer d’amoindrir l’impact d’une nouvelle vague, en conseillant l’intensification de la vaccination, en incluant les jeunes cibles jeunes et enfants (plus de 13 ans, avec comorbidités, etc.).
Par ailleurs, le Cnge recommande de « mettre en œuvre un plan de communication pour accélérer la vaccination, en faisant participer les communautés : unités mobiles de vaccination et stratégie ciblée dans les quartiers, étudiants, entreprises, les marchés, lieux de culte, stades, gares routières, et saisir toute opportunité pour expliquer, inciter, con­vaincre les populations, voir couplage avec Pev …».

Les experts ont également demandé le renforcement de la surveillance aux frontières, en particulier des voyageurs entrant (pass vaccinal + test Pcr négatif), de la stratégie de communication/ information des populations et du personnel de santé sur le nouveau variant, sa contagiosité. Et surtout, le respect strict des mesures barrières, comme le port du masque dans les lieux de rassemblement et brassage de populations, qui est devenu aléatoire, et aussi la surveillance moléculaire par les labos de référence, le séquençage.
Ce dernier point est extrêmement important, surtout qu’Omicron présente un nombre «extrêmement élevé» de mutations : pas moins d’une trentaine, contre deux pour le variant Delta. Selon le Cnge, il présente un grand nombre de mutations, dont certaines sont préoccupantes, et comporte des mutations peu détectées jusqu’à ce jour. «Les effets potentiels de chacune de ces mutations, mais également de leurs effets combinés, sont à l’étude», note le comité scientifique, qui cite une étude de l’Oms parlant d’un risque accru de réinfection avec ce variant, par rapport aux autres Cov.
Si sa capacité de transmission est accrue, il peut «contourner certaines parties de notre système immunitaire», comme le montre le nombre de cas détectés par rapport au pourcentage de tests positifs, qui augmente rapidement.

«Toutefois, des formes graves pourraient survenir chez les patients vulnérables, surtout non vaccinées», prévient le Cnge. «En Europe, les premières personnes touchées ne semblent souffrir que de légers symptômes. En Australie, 2 passagers testés positifs au variant à leur retour d’Afrique du Sud, pleinement vaccinés, ne présentent le moindre symptôme.»

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page