Actualités

Qatar 2022 – La France, championne du monde en titre : Garder sa couronne, un défi quasi impossible – Lequotidien

Seuls l’Italie de Giuseppe Meazza et le Brésil de Pelé ont réalisé l’exploit de conserver leur titre mondial : la quête d’un doublé a de quoi faire peur à la France, qui espère éviter la malédiction du tenant du titre au Mondial 2022.

Plus qu’un défi ultime, remporter deux titres mondiaux d’affilée relève presque du miracle, à en croire les statistiques récentes. Les trois derniers champions du monde peuvent en témoigner : tous ont été éliminés dès la phase de groupes au moment de défendre leur couronne.

En 2018, l’Allemagne sombre au dernier match contre la Corée du Sud (2-0), quittant le Mondial russe après une défaite inaugurale face au Mexique (1-0) et un succès inespéré contre la Suède (2-1).

Quatre ans plus tôt, les Espagnols connaissent un terrible retour sur terre, après avoir dominé la planète football pendant de longues années (deux Championnats d’Europe, une Coupe du monde) : face aux Pays-Bas, la Roja se délite (5-1), puis perd toute chance de qualification après une nouvelle défaite contre le Chili (2-0).

Déjà en 2010, l’Italie avait donné ce mauvais exemple, en sortant du Mondial sud-africain sans panache, trop âgée sans doute pour espérer mieux. Deux nuls contre le Paraguay et la Nouvelle-Zélande (1-1 à chaque fois), puis une défaite 3-2 contre la Slovaquie condamne les partenaires de Fabio Cannavaro.
Face à cette malédiction, le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps, préfère sourire. «Vous voulez me donner le moral, c’est ça ?», plaisante-t-il en mai 2022, lorsque ces chiffres lui sont soumis. «Je le sais, statistiquement, ce n’est pas trop en notre faveur. Mais je ne fais pas en fonction des statistiques. C’est factuel que le tenant du titre, c’est plutôt compliqué pour lui, parce que c’est le haut niveau, parce que les adversaires ne dorment pas.»

Pour s’éviter ce malheur, y’a-t-il une recette miracle ? Un dosage minutieux entre champions en titre et jeunes loups ? «Si la question est de savoir s’il vaut mieux rappeler 6,7, 9 ou 15 champions du monde quatre ans après, je ne fais pas en fonction de ces critères. Certains en ont pris 15 et ça n’a pas marché, d’autres en ont pris 9 et ça n’a pas marché non plus», a souri Deschamps.

En effet, Vincente Del Bosque avait choisi de rappeler 16 champions du monde espagnols en 2014, tandis que Joachim Löw avait décidé de rajeunir l’effectif en 2018 avec seulement 9 joueurs présents quatre ans plus tôt.

Pour les Bleus, un autre souvenir invite à la prudence. Sur le toit du monde en 1998 et de l’Europe en 2000, la France de Zinédine Zidane sort par la petite porte en 2002, avec un dernier revers contre… le Danemark (2-0), qu’ils retrouvent au Qatar.

Pour réussir le doublé, il faut s’appeler Giuseppe Meazza, avec l’Italie en 1934 et 1938, ou Pelé, avec le Brésil en 1958 et 1962… Soixante ans plus tard, Kylian Mbappé et Antoine Griezmann peuvent-ils conjurer le sort ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page