Actualités

Validation d’un plan de développement et d’un manuel de procédure : La filière anacarde dotée de deux outils stratégiques – Lequotidien

Le Plan stratégique de développement de la filière anacarde et le Manuel de procédure de l’Interprofessionnelle cajou du Sénégal (Icas) ont été validés hier. Les deux documents visent à mieux accompagner les acteurs de la filière en termes de gouvernance sur les plans financier, administratif mais également comptable, afin de rendre plus compétitive l’anacarde sénégalaise et profiter de toute sa chaîne de valeur.

Par Khady SONKO – Des acteurs ont validé hier deux documents de gouvernance de la filière anacarde, notamment le Plan stratégique de développement de la filière et le Manuel de procédure de l’Interprofessionnelle cajou du Sénégal (Icas). Ces deux documents ont été financés par l’Unité nationale de mise en œuvre du Cadre intégré renforcé (Cir) à travers le Projet d’appui à la compétitivité de l’anacarde sénégalaise (Pacas) pour accompagner les acteurs de la filière anacarde en termes de gouvernance sur les plans financier et administratif, mais également sur le plan comptable.

Le plan stratégique au développement de la filière anacarde est précisément conçu pour définir des axes de développement, mais aussi des orientations qui visent la filière sur toute sa chaîne de valeur.

«Nous voulons, à travers ce plan stratégique de développement, booster la production d’anacarde du Sénégal, mais aussi améliorer la qualité de nos noix de cajou et renforcer davantage leur valorisation, y compris les produits dérivés de l’anacarde», explique Ousmane Ka. Le coordonnateur de l’Unité nationale de mise en œuvre du Cir s’exprimait hier au Comité régional de développement (Crd) de partage et de validation des documents de gouvernance de la filière anacarde. D’après M. Ka, la transformation demeure le maillon le plus faible de la chaîne de valeur anacarde. «Cela représente pratiquement moins de 2% de la production d’anacarde», informe-t-il. Il s’agira de voir comment renforcer la transformation, afin de mieux profiter des opportunités qu’offre la filière anacarde en termes de création de valeur ajoutée, mais aussi de création d’emplois.

Le plan permettra donc la compétitivité de l’anacarde sénégalaise sur quatre axes : la production, la productivité, une meilleure maîtrise de la gouvernance de la filière et booster la transformation qui est à 3% des produits exportés.
Selon Boubacar Konta, de 2018 à 2021, le Sénégal a exporté 82 mille tonnes d’anacarde, soit 54 milliards de francs Cfa de chiffres d’affaires. «Seulement, 3% de ce produit sont valorisés au Sénégal», regrette le président de l’Interprofession cajou du Sénégal (Icas).

Le plan stratégique va permettre d’aller vers la transformation au niveau des régions productrices d’anacarde, mais aussi une meilleure maîtrise de la commercialisation de l’anacarde dominée depuis un certain moment, par les Indiens et les Vietnamiens. «Ce qui n’encourage pas notre politique économique, car ce sont des fonds qui entrent et qui ressortent sans valeur ajoutée sur notre Pib», regrette encore M. Konté.

L’idée, c’est aussi de nationaliser la commercialisation qui était contrôlée à 90% par les Indiens et les Vietnamiens.
ksonko@lequotidien.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page