JusticeSociété

Mbour – Violences du 30 octobre à Tchicky : Les 5 gardes du corps de Sonko écroués

Décerner le mandat de dépôt aux éléments de la sécurité du président du Pastef, Ousmane Sonko. Telle est la décision qui a été prise hier par le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Mbour, Mamadou Diop, à l’encontre des 5 éléments de la garde rapprochée de Ousmane Sonko, leader du Pastef. Ces derniers vont passer leur première nuit à la Maison d’arrêt et de correction de Mbour, en attendant leur procès prévu le mardi 15 novembre prochain. Ils sont poursuivis pour «coups et blessures volontaires» ayant entraîné une incapacité de travail de 21 jours pour les deux blessés et une de 45 jours pour le troisième. Mais également le procureur les accuse de «violation de domicile» et de «destruction de biens appartenant à autrui».

Après un retour de Parquet décidé avant-hier par le procureur de Mbour, ils ont été finalement entendus hier par ledit parquetier.

Lors de cette audition, l’un des avocats des éléments de la garde rapprochée de Sonko, Me Abdoulaye Tall, a souligné que les personnes blessées du côté de leur convoi ont également déposé plainte.

«Il s’agit de Ousmane Diop, un des chauffeurs du convoi du nom de Lamine Diambang et de Mapathé Mbaye, tous ont déposé des plaintes qui ont été attribuées à la Section de recherches de la gendarmerie de Saly. Nous suivons de très près ce dossier.

Mais ce que nous retenons, c’est que les 5 gardes du corps sont retournés à la Brigade de recherches. Nous attendons que la Justice fasse son travail. Nos militants qui sont blessés ont au moins des certificats médicaux de 15 jours avec des voitures qui ont été caillassées. Donc nous attendons une enquête diligente de ces plaintes», a fait savoir la robe noire.
Par Alioune Badara CISS (Correspondant) – abciss@lequotidien.sn

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page