Actualités

Promotion de l’Economie sociale et solidaire : Nécessité d’une meilleure articulation des ressources

Pour le déroulement des activités du ministère de l’Economie sociale et solidaire en 2023, le curseur sera mis sur les orientations du chef de l’Etat qui a déclaré 2023, année sociale. C’est l’une des recommandations sorties de l’atelier de planification et de finalisation des plans de travail annuel des projets et programmes du ministère de l’Ess, clôturé dimanche au Cap-Skirring par Victorine Anquediche Ndèye.

Par Khady SONKO – Victorine Ndèye Anquediche, ministre de la Microfinance et de l’économie sociale et solidaire (Ess) présidait dimanche, la cérémonie de clôture de l’atelier de planification et de finalisation des plans de travail annuel des projets et programmes de son département. «Il apparait ici l’importance de l’effectivité du dialogue de gestion des différents programmes du ministère pour une meilleure articulation des ressources allouées au département», a souligné la ministre. L’atelier de deux jours a permis de finaliser le plan de travail budgétisé de l’année 2023 du ministère. Pour son déroulement, il est retenu de mettre le curseur sur les orientations du chef de l’Etat qui a déclaré 2023, année sociale. «Il est attendu des responsables de programmes et de tous les maillons de la chaîne de l’exécution budgétaire, célérité et efficacité tant dans la programmation des activités que dans leur exécution optimale et j’y veillerai particulièrement», alerte M. Ndèye.

L’objet de l’atelier était de passer en revue les activités du ministère programmées en 2022, le budget pour les dérouler, les activités effectivement réalisées, celles qui n’ont pu l’être, mais surtout de mettre le curseur sur les contraintes qui ont fait que certaines activités budgétisées n’ont pas pu être réalisées.

Aussi, le Projet annuel de performance, communément appelé Ptba, a été examiné. A ce niveau, un certain nombre d’activités, allant dans le sens de renforcer le pilotage stratégique du ministère par la capacitation technique des agents du ministère, mais également par la prise en charge de la communication institutionnelle du ministère, a été recommandé. Egalement comme activités prioritaires du ministère, il est mis en évidence la nécessité de renforcer les institutions de microfinance pour imprimer l’inclusion financière des couches vulnérables. S’y ajoute la nécessité de soutenir davantage l’Economie sociale et solidaire, ses acteurs et financer les projets de l’Ess.

A l’issue de l’atelier, un Pta ou projet annuel de performance consolidé a été élaboré avec des recommandations. Il s’agit de prendre en compte l’aspect genre dans les documents de planification, d’insister sur l’inclusion financière des couches vulnérables et de prendre en compte le programme Xëyu ndaw ñi.
Le budget du ministère de l’Ess s’élève à près de 13 milliards de francs Cfa, avec comme fortes orientations, d’accompagner les porteurs de projets dans l’ensemble du pays. «Nous allons les visiter, les accompagner, mais également avec un appui technique car avant de financer, il aussi former pour que le financement ne soit pas perdu», a dit Ousmane Guèye, Secrétaire général ministère de l’Ess.
ksonko@lequotidien.sn

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page